loader-logo

Confinés dehors : 10 livres qui font l’éloge de la solitude et du retour à la nature

Avatar

Contraints au confinement physique et à l’isolement social, nous nous prenons à rêver de nature, d’étendues sauvages, de contemplation et de grands espaces.

Quoi de mieux durant cette période étrange que de lire ou relire les récits exceptionnels et intemporels de ces aventuriers, robinsons ou ermites qui ont choisi de leur plein gré de se couper du monde pour vivre une existence solitaire en pleine nature.

Les dix livres qui suivent sont de véritables odes à la déconnexion, une invitation au voyage et peut-être aussi l’occasion de nous interroger sur notre rapport à la nature, les contradictions de notre société et notre responsabilité environnementale.

1. Pete Fromm - Indian Creek

Montagnes de l’Idaho 🇺🇸

📷 Flickr im me

Au cours de l’hiver 1978, Pete Fromm, un étudiant de 20 ans accepte une offre d’emploi pour le moins originale provenant du Fish and Game Department de l’Idaho, laquelle consiste à surveiller 2,5 millions d’œufs de saumon implantés dans le bras d’une rivière à la frontière avec le Montana. Dans ce roman initiatique, l’auteur nous raconte ces 7 mois d’hiver passés à chasser et à dormir sous une tente, au cœur d’une des régions les plus reculées des montagnes Rocheuses. 

Publié en 1993

2. Tom Neale - Robinson des mers du Sud

Atoll de Suwarrow 🇨🇰

📷 Flickr farberjared

Ancien employé de la marine marchande, Tom Neale a dépassé les cinquante ans lorsqu’il décide de réaliser son rêve de jeunesse : vivre seul sur une île déserte à l’écart de la civilisation. Pendant près de vingt ans, il s’installe à Suwarrow, un atoll corallien inhabité du Pacifique Sud, à plusieurs centaines de milles des premières îles habitées et à l’écart des voies de navigation. Le livre raconte le quotidien de ce Robinson Crusoé des temps modernes, ses infortunes et ses efforts pour se nourrir et aménager son île.

Publié en 1966

3. John Haines - Vingt-cinq ans de solitude

Forêts d’Alaska 🇺🇸

📷 Flickr Marion McM

En 1947, John Haines s’installe dans une cabane isolée, près de Fairbanks au cœur de l’Alaska. Son récit est composé de fragments de souvenirs des vingt-cinq années d’isolement passées en pleine nature dans l’une des dernières grandes étendues sauvages de la planète. Il nous raconte son existence rude et solitaire et son quotidien consistant à pister, traquer, fabriquer des pièges, pécher ou cuisiner le porc-épic.

Publié en 2006

4. Sylvain Tesson - Dans les forêts de Sibérie

Lac Baïkal 🇷🇺

📷 Flickr Chrish_ffm

Sylvain Tesson s’est fait un serment, celui de partir vivre seul plusieurs mois dans une cabane avant ses quarante ans. En 2010, il s’installe donc pendant six mois sur les côtes du lac Baïkal, près de la réserve naturelle de Baïkal-Léna et à plus de cent kilomètres du village le plus proche. Ce récit nous raconte son expérience hors du temps faite de pêche, de cueillette, de marche, de coupe de bois, de vodka, de lecture et d’écriture.

Publié en 2011

5. Olaf Candau - Un an de cabane

Forêts du Yukon 🇨🇦

📷 Flickr Christoph Huber

Équipé d’une scie, d’une hache et d’un fusil, Olaf Candau est parti s’isoler au fin fond du Yukon, sur les traces des trappeurs et des chercheurs d’or, dans un coin « où même les animaux se perdent ». Pendant un an, il vit seul dans une cabane au milieu du Grand Nord canadien, dans une forêt qui s’étend à perte de vue. Son témoignage est celui d’une vie simple et rudimentaire ponctuée de chasse, de balades à ski, de contemplation de paysages et de rencontres avec la faune sauvage.

Publié en 2004

6. Edward Abbey - Désert solitaire

Parc national des Arches 🇺🇸

📷 Flickr Jerry and Pat Donaho

À la fin des années 1950, Edward Abbey travaille durant deux saisons comme ranger dans le parc national des Arches, en plein cœur du désert de l’Utah. Témoin privilégié de ce lieu magnifique et hors du temps, Edward Abbey nous livre un vibrant plaidoyer en faveur des espaces sauvages et des dernières frontières naturelles. Récompensé et salué par la critique, il s’agit sans conteste de l’un des plus beaux textes jamais inspirés par le désert américain.

Publié en 1968

7. Charles Nordhoff - Les Révoltés de la Bounty

Îles Pitcairn 🇵🇳

📷 Flickr Roderick Eime

En 1787, le HMS Bounty, se voit confier une mission d’exploration dans le Pacifique Sud. Après une escale à Tahiti, où l’équipage découvre les merveilles de la vie sauvage, la discipline de fer que le capitaine fait régner à bord pousse les hommes à la mutinerie. Afin d’échapper aux représailles, les mutins décident de s’installer sur l’île Pitcairn, qui est très mal répertoriée sur les cartes maritimes de l’époque. Ce livre qui fait partie d’une trilogie est considéré comme étant le récit le plus fidèle à la réalité historique.

Publié en 1932

8. Vassili Peskov - Ermites dans la taïga

Taïga de Sibérie 🇷🇺

📷 Flickr igor parhomcik

Le journaliste Vassili Peskov raconte l’histoire exceptionnelle de la famille Lykov découverte en 1978, en pleine taïga au coeur des montagnes de l’Altaï, une région très reculée du sud de la Sibérie centrale. Sans aucun contact avec le monde extérieur depuis trente-trois ans, la famille subsiste dans une cabane misérable au cœur d’une nature impitoyable. Agafia, la plus jeune des filles qui est née en 1945 est aujourd’hui la dernière survivante et vit toujours à l’écart du monde moderne, sur les bords de la rivière Abakan, à sept jours de canoë du village le plus proche. 

Publié en 1983

9. Henry David Thoreau - Walden ou la Vie dans les bois

Étang de Walden 🇺🇸

📷 Flickr Rimager

Publié en 1854, alors que les États-Unis sont en train de devenir le pays le plus industrialisé du monde, Henry David Thoreau décide de tourner le dos à la civilisation et de vivre seul dans une cabane construite de ses propres mains, dans une forêt jouxtant l’étang de Walden dans le Massachusetts. Ce grand classique de la littérature américaine et ouvrage fondateur du nature writing, raconte les deux ans, deux mois et deux jours que Thoreau a passé dans sa cabane en menant une vie frugale et autarcique.

Publié en 1854

10. Michael Finkel - Le dernier ermite

Forêts du Maine 🇺🇸

📷 Flickr Wayne Chadwick

En 1986, Christopher Knight décide de quitter la société des hommes pour vivre dans une solitude totale au cœur des forêts du Maine, dans le nord-est des États-Unis. Pendant près de trente ans, il n’aura aucun contact avec d’autres êtres humains, apprenant à survivre seul et à braver le froid et la faim grâce à son courage et son ingéniosité. Pendant toutes ces années il réussira à s’introduire dans des résidences secondaires afin de trouver des vêtements, des livres et de la nourriture, jusqu’à son arrestation en 2014. L’auteur, Michael Finkel, est le seul journaliste auquel Christopher Knight a accepté d’accorder des entretiens.

Publié en 2017

Nous avons à cœur de soutenir les maisons d’éditions ainsi que les librairies indépendantes. Pour vos achats, nous vous recommandons donc de cliquer sur la photo de couverture du livre afin d’être renvoyé vers un vendeur indépendant.

En panne d’inspiration ? 

Rendez-vous sur notre site pour dénicher des lieux insolites et organiser votre prochain voyage hors des sentiers battus

Abonnez-vous à notre newsletter !

* indicates required
6 Points


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *