loader-logo

Repenser le voyage de demain

Avatar

Alors que la société va devoir se relever d’une crise internationale inédite, dont le tourisme est l’un des secteurs les plus touchés, il est difficile de savoir si nous pourrons continuer demain à voyager comme avant et à quelles conditions.

Dans un monde où il sera plus difficile d’aller et venir, il est possible que le tourisme de masse continue néanmoins de progresser dans les prochaines années avec la montée en puissance des pays en développement.

Quoi qu’il en soit, un tourisme alternatif semble aujourd’hui se dessiner :

– Un tourisme qui sera plus équilibré en terme de répartition des flux touristiques entre les destinations ;

– Un tourisme qui a vocation à être plus responsable et plus durable, notamment avec le développement du slow tourisme ;

– Un tourisme qui sera plus ciblé et plus personnalisé.

Le tourisme de demain : un voyage dans le temps

 

Le tourisme, un produit de consommation ?

Grâce aux congés payés et au développement du transport aérien, des voyagistes ont depuis des décennies packagé des vacances toutes faites, toutes parfaites. En une, deux, ou trois semaines si le patron est sympa, le maître mot est de profiter au maximum de ses jours de congés pour se reposer au soleil dans une belle station balnéaire pleine d’authenticité .
Quant à ceux qui n’ont pas simplement envie de faire bronzette, ils partent visiter toutes les merveilles du monde en survolant chaque destination. On veut tout voir, tout avoir, alors on court, on coche les cases de la wish list comme on coche une liste de courses… et on se retrouve à faire la queue pour prendre son selfie devant la vue la plus instagrammable.
Le sociologue et écrivain Rodolphe Christin affirme que « le tourisme a tué l’esprit du voyage ». Et pourtant, le tourisme d’antan n’était pas un tourisme de masse : depuis la nuit des temps l’Homme est voyageur, le voyage d’agrément a laissé des traces dans l’histoire dès l’antiquité et le terme “tourism” apparaît au 18ème siècle, en Angleterre, pour évoquer les voyages éducatifs de la jeunesse dorée de l’époque.

 

Le voyage de demain est entre nos mains

Mais aujourd’hui le tourisme de masse étouffe la planète et ses habitants. En 2018, l’Europe criait un peu partout son ras-le-bol du surtourisme, alors que 95% des voyageurs voyagent sur seulement 5% du territoire. La pollution générée déborde tristement aux plus beaux endroits du monde et l’humanité prend peu à peu conscience de son influence sur le réchauffement climatique et la détérioration des écosystèmes. Le secteur du tourisme étant responsable de 8 % des émissions de gaz à effet de serre, soit trois fois plus que ce que l’on pensait jusqu’ici (selon une étude publiée dans la revue « Nature Climate Change »), il est grand temps de le faire évoluer vers un tourisme durable. La bonne nouvelle est que les leviers d’actions sont nombreux pour réduire nos émissions de CO2 et que la tendance d’un tourisme qui a du sens a déjà commencé à se développer.

 

Le futur du voyage recycle notre passé

Si l’on prend le temps d’y réfléchir, nul besoin d’innover pour inventer le voyage de demain : internet nous permet de disposer d’une source d’information infinie presque partout sur la planète, la diversité des voies de transport n’a jamais été aussi grande, la communication est facilitée par l’anglais ou une application mobile adéquate pour chaque destination, le progrès médical nous aide à rester en bonne santé et les standards de confort « occidentaux » atteignent même les confins de la jungle ou du désert.
Autant de raisons qui doivent nous inciter à explorer les  95% de la surface de notre planète qui ne sont pas envahis par les cars de touristes et les perches à selfie ! Et voilà que notre instinct pionnier se réveille, lui qu’on aurait pu croire disparu au fond des eaux quelque part au milieu d’une expédition du 19ème siècle. Grâce à nos équipements modernes  nous ne risquons plus nos vies lorsque nous nous aventurons en pleine nature et nous pouvons profiter pleinement de l’expérience.

Les tendances du voyage de demain

Le voyage se réinvente en fonction des envies de ses nombreux adeptes. Déjà en 2012, sept Français interrogés sur dix souhaitaient voyager de manière plus responsable (sondage Harris Interactive) et en 2019, 84% des Français envisageaient de sélectionner leur prochaine destination en fonction du nombre de touristes sur place. Désormais, alors que les voyageurs disposent d’une multitude d’informations et d’outils pour créer des voyages à leur image, il est temps que les acteurs du tourisme prennent en compte cette réalité et proposent des offres réellement alternatives.

 

Le tourisme de demain sera plus équilibré

  • Des flux touristiques mieux répartis

Voyager est une chance, recevoir des touristes est aussi une source de richesse et de dynamisme pour un territoire. Alors que 54% des voyageurs souhaitent jouer un rôle dans la réduction du tourisme de masse, les destinations répondent d’une manière à la fois innovante et constructive.
Le Canada ou les Pays-Bas ne promeuvent plus que leurs régions les moins fréquentées, quand des destinations plage ou montagne s’efforcent de développer des offres quatre saisons. De plus en plus de parcs nationaux limitent la durée ou le nombre de visiteurs et certains pays ont même mis en place une taxe de séjour. Loin de faire de vous une persona non grata, ces solutions constituent aussi un bénéfice pour le voyageur que vous êtes : en répartissant les touristes dans le temps et l’espace, cela participe à limiter la surfréquentation, à préserver les sites touristiques dans la durée et donc éviter à terme de générer des réactions hostiles de la part des locaux ou d’alimenter une forme de tourismophobie .
Et rappelons-nous pour quelles raisons nous voyageons originellement : un savant mélange entre soif de découvertes et besoin de déconnexion. Avec moins de monde et un plus grand terrain de jeu, voilà de quoi encore mieux profiter de ses jours de vacances !

 

  • Sortir des sentiers battus

Si vous faites partie des 84% des Français qui envisagent de sélectionner leur prochaine destination en fonction du nombre de touristes sur place, vous êtes dans la bonne direction. Notre planète est riche de lieux exceptionnels et pourtant méconnus. Non exploités touristiquement, les populations locales auraient pourtant à bénéficier de retombées économiques d’un tourisme respectueux. C’est notamment ce que nous cherchons à promouvoir chez The Outsiders. Qu’il s’agisse de destinations confidentielles, dénichées grâce à nos nombreux partenaires locaux, ou de zones jouissant à tort d’une mauvaise réputation, le potentiel de découverte est immense. Et, le temps d’un voyage, c’est l’occasion de se sentir un peu comme ces aventuriers qui découvraient des terres inconnues. Il n’est plus question d’emboiter le pas du touriste de devant, mais de suivre ceux de l’habitant qui connaît mieux que personne sa région. Bien sûr, vous ne serez pas le premier étranger à fouler cette contrée, mais la sensation d’immersion est bien différente quand on se sent seul au milieu d’un monde qui nous est inconnu. 

 

  • Favoriser un tourisme lent

Alors que notre époque retrouve le goût du temps long, cette tendance s’observe  aussi dans le secteur du tourisme avec le slow tourisme qui cherche à redonner autant d’importance au chemin qu’à la destination. 

61% des voyageurs déclarent préférer un itinéraire plus long afin de profiter des paysages, mais aussi de plus en plus d’offres se développent autour de moyens de transports alternatifs. Voyages à pied, à cheval, en canoé, à vélo, en bateau, … le slow tourisme replace l’expérience, l’authenticité, la spontanéité et la surprise au centre du voyage. Des plus aventuriers aux baroudeurs néophytes, ce mode de voyage particulièrement adapté à un tourisme itinérant est une opportunité pour vivre des moments uniques et de partager avec les populations locales.
Avec un esprit plus voyageur que consommateur, le slow tourisme favorise une économie locale ou nationale. Et quoi de mieux que de commencer sa route au sein de l’Hexagone, ou sur les chemins de nos merveilleux territoires d’outre-mer. Car oui, si le monde regorge de merveilles, nos territoires ne sont pas en reste.

 

Le tourisme de demain sera plus responsable

  • Renouer avec la nature

Plus les sociétés se développent, plus les infrastructures et le béton prennent le pas sur la nature. Et pourtant, pour son équilibre, l’Homme a besoin de rester en contact avec le vivant. L’évasion s’exprime donc par la recherche de grands espaces et la pratique d’activités sportives en milieu naturel.
La montagne n’est plus seulement plébiscitée pour les sports d’hiver et devient une source de grand air pour près d’un tiers des français en été. Ailleurs dans le monde, les Shinrin-Yoku (bains de forêt) deviennent une nouvelle hygiène de vie. Le contact avec les animaux ou l’observation de la faune sauvage orientent aussi les choix de séjours. Désormais, il n’est plus question d’exploiter l’animal mais au contraire d’en prendre soin. On déconnecte lors d’une excursion  en pleine nature pour observer les derniers bisons d’Europe dans la forêt de Bialowieza  ou pour rencontrer les gorilles des montagnes dans la forêt de Bwindi. Autant d’occasions de se rappeler à quel point cette nature est précieuse.

  • Prendre soin de l’environnement

Le rôle du tourisme comme outil de développement durable a été officialisé par l’ONU en 2002. Et oui, le voyageur, plutôt qu’être vu comme source de pollution, peut aussi faire partie de la solution.
De nombreux pays ont pris des initiatives en faveur de la protection de l’environnement et servent de modèles pour imaginer des voyages éco-responsables. Citons le cas du Rwanda qui a banni les sacs plastiques en 2008 ou l‘opération « Fermé pour maintenance » lancée depuis deux ans par les Îles Féroé (durant un week-end au printemps, l’archipel est fermé aux touristes et accessible uniquement à des volontaires qui vont nettoyer l’île ou aménager des sentiers de randonnée). D’autres destinations comme l’Islande, la Finlande et les Îles Palau invitent les voyageurs à signer un « serment écologique ».
Si aujourd’hui le Flygskam (la honte de prendre l’avion) prend de l’essor, et qu’il devient courant de penser à la compensation carbone, le tourisme de demain est aussi amené à prendre en compte le stress hydrique ou la surexploitation des ressources naturelles. De plus en plus d’attractions trop polluantes ou irrespectueuses du bien-être animal sont en passe d’être bannies et de nombreux acteurs du tourisme suppriment le plastique à usage unique ou encouragent leurs clients à recycler. 

,

 
  • Remettre l’humain au cœur du voyage

Comme le disait Aristote, l’homme est un animal social. Le dépaysement n’est pas total sans la rencontre humaine, celle qui vous amène un regard différent du cercle que vous avez l’habitude de fréquenter. Et pour respecter les hôtes, l’information sur les coutumes locales et sur les comportements à adopter est rendue plus accessible. Les voyages solidaires se multiplient, permettant la rencontre autour de vrais moments de vie sous un même toit ou autour d’une même table. Cette ouverture du monde participe d’ailleurs à apporter plus d’égalité, comme par exemple en Ouganda où l‘artisanat local permet à des femmes de devenir indépendantes.

Plus d’acteurs du voyage veillent à travailler main dans la main avec les locaux et des innovations permettent de se donner une idée de l’impact économique de son séjour en mesurant par exemple le pourcentage des dépenses effectuées localement par un voyageur et restant au niveau local.

 

Le tourisme de demain sera sur-mesure

  • A chacun son aventure

Certains rêvent de pouvoir partir à l’aventure depuis leur canapé, en parcourant le monde depuis leur feed Instagram ou à travers la réalité virtuelle. D’autres vont préférer sortir de leur zone de confort, dépasser leurs limites et vivre des expériences inoubliables comme traverser des grands espaces en autonomie ou s’isoler à l’autre bout du monde.

Que vous ayez envie de vous lancer à l’assaut des plus hauts sommets d’Afrique, de traverser les régions les plus reculées du Caucase à cheval ou de partager le mode de vie des Touaregs du Grand sud algérien, nous ne manquons pas d’idées pour vous offrir des expériences uniques et intenses.

  • Un voyage Do It Yourself

Internet a révolutionné notre manière de préparer ses voyages. Avec du temps, de la patience et de la curiosité, chacun peut devenir le créateur de son voyage, celui qui répondra au mieux à ses envies et besoins du moment.
Le tourisme de demain a donc vocation à s’éloigner de plus en plus des formules tout compris, planifiées jusqu’à la moindre virgule et standardisées pour un type de voyageur unique. Pour faciliter la prise de décision et l’organisation de vos voyages, des outils vous accompagnent désormais à chacune des étapes : pour vous inspirer selon vos centres d’intérêt, ou en fonction de la meilleure période pour partir, ou encore pour simplifier, faciliter et sécuriser l’ensemble de vos réservations.

Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire de passer par une agence pour voyager hors des sentiers battus et plus besoin de suivre un chemin tout tracé, ultra balisé et manquant d’originalité. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut se passer des conseils ou de l’organisation d’un expert, notamment lorsque l’on souhaite élaborer un itinéraire spécifique dans une région du monde méconnue ou difficile d’accès.

Et si sous-traiter à un intermédiaire l’organisation de son voyage dans les moindre détails (réservation des vols, choix des hôtels, demande de visa, transfert depuis l’aéroport) ne présente plus vraiment de plus-value, pourquoi ne pas déléguer seulement les aspects les plus complexes et les plus chronophages. C’est d’ailleurs dans cette optique que nous proposons à nos clients une offre modulable, dans laquelle vous êtes libre de nous solliciter uniquement sur les aspects les plus techniques de votre voyage, lesquels nécessitent des connaissances précises ou l’assistance d’un expert qui connaît parfaitement la région. 

  • Une expérience ultra personnalisée

L’avenir du voyage sera donc sur-mesure, et pas uniquement parce que vous pouvez être l’organisateur de votre voyage, mais aussi parce que les acteurs du secteur devront désormais répondre à cette demande de manière plus pertinente et plus accessible qu’auparavant. Actuellement, près de 90% des voyageurs « occidentaux » concèdent que le processus de voyage conventionnel n’est plus en mesure de les satisfaire et aspirent à des offres hyper-personnalisées. Toutefois, le temps et le stress liés à l’organisation d’un voyage peuvent rapidement peser dans un quotidien déjà très chargé. Ainsi, beaucoup de voyageurs s’en remettront à la capacité de nouveaux acteurs de leur suggérer des idées de voyages et d’hébergements basées sur l’analyse de leurs recherches passées et sur leurs habitudes de voyage.

Au-delà des analyses et perspectives sur les évolutions à venir, tout reste ouvert et l’avenir dépendra de la volonté et de la capacité des voyageurs et des professionnels du secteur à inventer le tourisme de demain. Afin que celui-ci soit plus équilibré, plus responsable et plus durable, tout en répondant pour le mieux aux aspirations des voyageurs et des populations qui vivent du tourisme.

 

Vous souhaitez partir en autonomie et en toute sérénité mais vous avez besoin de conseils pour choisir la meilleure destination et pour concevoir un itinéraire 100% personnalisé ?


Nous vous accompagnons dans toutes les étapes de la préparation de votre voyage

 

Abonnez-vous à notre newsletter !

* indicates required
4 Points


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *